COVID-19 – Réflexions sur le sens d’une pandémie

La crise de santé publique mondiale sans précédent que nous traversons aujourd’hui révèle sans doute quelques vérités fondamentales sur notre monde et notre destinée.

Nous sommes tous déjà saturés d’informations concernant la pandémie de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), provoquée par le coronavirus ‘SRAS-CoV-2’. À ce stade, il ne sert pas à grand chose d’essayer d’ajouter quoi que ce soit à ce déluge d’information, en particulier lorsque l’on ne dispose pas d’une expertise scientifique ou médicale pertinente concernant l’épidémie elle-même, ni d’un accès à des informations qui ne sont pas déjà publiques et largement partagées et commentées dans les médias ou sur les réseaux sociaux.

Pour autant, il peut être utile de tenter de rassembler quelques réflexions sur le moment que nous vivons, et sur ce qui est probablement destiné à devenir l’une des périodes les plus marquantes de la vie de l’ensemble des être humains qui peuplent aujourd’hui la planète, indépendamment de leur génération et de leur origine. Il est peut-être utile, en particulier, de s’interroger sur le sens historique et anthropologique du drame qui se déroule sous nos yeux.

Tragédie humaine

La première chose à souligner est évidemment que cette pandémie est et sera une tragédie pour des millions d’humains à travers le monde. Partout, les scientifiques tentent désespérément d’identifier un traitement possible pour les personnes touchées par le virus et un vaccin pour ceux qui ne l’ont pas encore attrapé, mais ces efforts prendront probablement des mois, voire des années, avant de porter leurs fruits. Dans l’intervalle, et même si certains pays parviennent à « aplatir la courbe » de la progression du COVID-19 au cours des prochaines semaines, des millions de personnes seront directement affectées par le virus, soit parce qu’elles seront elles-mêmes contaminées, soit parce que leurs proches seront touchés et pour certains y succomberont.

Il reste encore beaucoup à apprendre sur le coronavirus ‘SRAS-CoV-2’, mais sa contagiosité et sa croissance exponentielle dans plusieurs régions touchées en font déjà probablement l’ennemi le plus redoutable auquel l’espèce humaine ait été confrontée depuis au moins un siècle. Si les efforts de confinement sont insuffisants ou échouent, les systèmes de santé pourraient être totalement submergés, comme cela a failli arriver à Wuhan en Chine, et comme cela risque encore d’arriver dans le nord de l’Italie, avec des conséquences potentiellement désastreuses pour l’ensemble de la société. A travers le globe, des systèmes de santé débordés seront inévitablement confrontés très rapidement au terrible dilemme éthique du « triage », et devront décider qui (tenter de) sauver, et qui laisser mourir. De plus, le virus pourrait frapper le monde en plusieurs « vagues », comme l’avait fait la grippe espagnole en 1918-1919, et ce faisant briser véritablement des sociétés même complexes et avancées. Pour éviter le pire, l’humanité n’a pas aujourd’hui d’autre choix que de mener une guerre totale au coronavirus.

Un monde à l’arrêt

Deuxième observation, la force et la vitesse avec lesquelles le microscopique agent pathogène met le monde entier à l’arrêt sont tout simplement stupéfiantes. Ce qui se passe actuellement est sans précédent, et projette le monde dans des territoires totalement inconnus. De nombreux gouvernements à travers le monde sont sévèrement critiqués pour leur gestion de la crise, et souvent avec raison. Cependant, il convient de rappeler que personne n’a jamais eu à gérer quoi que ce soit qui ressemble un tant soi peu à ce genre de situation auparavant, et qu’il n’existe aucun plan préétabli pour y faire face.

Le coronavirus s’impose de fait comme le « grand perturbateur » de notre monde hyper-connecté, et pose un formidable défi à la civilisation humaine elle-même. Le voir bloquer si rapidement et si efficacement l’ensemble des éléments constitutifs de notre civilisation complexe et mondialisée est un spectacle à la fois terrifiant et fascinant. Nombreux sont probablement ceux qui éprouvent ces jours-ci le sentiment angoissant que le monde qui leur est familier, que leur monde, est en train d’imploser, de se briser, de s’effondrer, et il s’agit là d’un ressenti que la plupart d’entre nous ne sommes pas préparés, mentalement et émotionnellement, à gérer. Pour beaucoup, les croyances et les certitudes volent aujourd’hui en éclats comme jamais auparavant, ce qui génère inconfort et anxiété individuelle et collective. Il est probable qu’il faille s’y habituer, un retour à la « normale » semblant chaque jour s’éloigner un peu plus.

Les bulles éclatent

Le troisième point à noter est que cette crise sanitaire a et aura des conséquences économiques et financières considérables. SARS-CoV-2, de fait, est l’épingle qui vient finalement crever la « bulle universelle », c’est-à-dire l’ensemble des bulles spéculatives massives et synchronisées qui ont été gonflées depuis plus d’une décennie en réponse à la grande crise financière de 2008-2009, et qui ont soutenu la soi-disant « reprise » de la croissance mondiale depuis lors. Cette « bulle universelle » était condamnée à éclater tôt ou tard, mais le coronavirus a manifestement accéléré le processus. En réponse, et comme on pouvait s’y attendre, les principales banques centrales du monde tentent déjà d’inonder le système financier mondial de liquidités, comme elles l’ont fait après la crise financière. Cependant, leurs interventions n’ont pour l’instant que peu ou pas d’effet, les marchés financiers continuant de s’effondrer dans ce qui semble être une liquidation systémique inarrêtable.

De fait, la relance monétaire, même massive et à l’échelle mondiale, ne sera probablement pas suffisante cette fois-ci. Contrairement à 2008-2009, ce n’est pas la crise financière qui provoque un crash de l’économie, mais l’inverse. La suppression des taux d’intérêt et les politiques dites « d’assouplissement quantitatif » , même menées à outrance, ne permettront en rien de redémarrer la machine économique tant que les magasins et les entreprises devront rester fermés et que les gens seront confinés chez eux dans une partie du monde industrialisé. Les économistes et les experts discutent déjà de la gravité de la récession mondiale désormais inévitable et de la forme de la reprise qui devrait suivre, mais ce qui devient de plus en plus probable chaque jour est non pas simplement une récession mais une véritable « dépression » mondiale, avec toutes les conséquences désastreuses que cela pourrait entraîner. Là encore, les dirigeants politiques du monde entier n’ont pas de plan préétabli pour faire face à ce type de situation, et bon nombre des réponses politiques qui seront proposées et adoptées aboutiront probablement à accélérer l’implosion du système financier et économique mondial plutôt qu’à le sauver.

« Elles » sont arrivées

De fait, il semble que le monde soit désormais rattrapé par ce que nous avons essayé d’ignorer et de nier depuis plusieurs décennies, à savoir les « limites à la croissance » économique, qui ont depuis longtemps été identifiées par des scientifiques et théoriciens des systèmes complexes dont les mises en garde ont cependant été largement ignorées, moquées ou déformées. Nous avons réussi pendant un certain temps à repousser ces limites grâce à la financiarisation, la mondialisation, la libéralisation et la « technologisation » de l’économie, et également au cours de la dernière décennie grâce à un aventurisme monétaire effréné. Mais tout ce que nous avons réussi à faire, au bout du compte, est de convertir l’économie mondiale en une « machine à bulles », dans laquelle le PIB croît essentiellement sous l’effet du gonflement de bulles d’actifs alimentées par l’endettement, et part périodiquement en fumée lorsque ces bulles éclatent. Cette machine est aujourd’hui enrayée, et elle a accumulé des problèmes qui dépassent désormais de très loin notre capacité à les résoudre. Les « limites à la croissance » sont finalement arrivées. Elles ne ressemblent pas totalement à ce qui était attendu, et elles portent un masque de protection, mais elles sont bel et bien arrivées…

Défaillance systémique

La crise sanitaire du coronavirus est ce qui révèle cette arrivée. Elle le fait en exposant, comme l’a souligné le journaliste canadien Andrew Nikiforuk, les vulnérabilités inhérentes à plusieurs conditions propres à notre ère technologique moderne et souvent présentées comme des marqueurs de progrès : des méthodes de production et de livraisons d’approvisionnement en mode « juste-à-temps », une urbanisation rapide, un allongement de la durée de vie, et une mobilité humaine inégalée, entre autres. En fait, et comme l’anthropologue américain Joseph Tainter l’a diagnostiqué il y a déjà longtemps, les sociétés humaines ont historiquement tendance à échouer sous l’effet des mêmes processus qui ont conduit à leur succès, ou à la perception de leur succès. C’est pourquoi, de tout temps, les sociétés ne comprennent généralement pas ce qui leur arrive lorsque ces processus cessent de produire du succès et commencent à induire l’échec. C’est pourquoi, également, elles sont inévitablement prises au dépourvu lorsque les choses commencent à mal tourner.

De nombreux penseurs et observateurs ont depuis longtemps compris que les processus qui ont produit le « succès » des sociétés industrielles modernes ont aussi, et dans le même temps, semé les graines de leur échec à venir. Ils ont aussi depuis un certain temps compris que le mouvement menant à l’échec était déjà enclenché. La crise du COVID-19 pourrait maintenant être le déclencheur d’une accélération de ce processus d’échec sociétal que Joseph Tainter a appelé « effondrement », et qu’il définit comme une perte soudaine et majeure de complexité sociopolitique – ou bien elle pourrait simplement être un avant-goût de ce qui nous attend à l’avenir. La première hypothèse paraît de plus en plus probable, tant les dommages infligés par le microscopique agent infectieux à presque tous les aspects de notre complexité sociopolitique s’aggravent, s’accumulent et se conjuguent de jour en jour. Mais la seconde reste toujours possible, car il n’est pas totalement exclu que nous puissions parvenir par quelque artifice à retarder encore un peu l’inévitable. Si cela se produit, attendons-nous à ce que notre monde devienne pour une brève période de temps un endroit encore plus étrange et dysfonctionnel qu’il ne l’est déjà – avant que ne s’enclenche inexorablement ce que le penseur américain Nate Hagens a appelé la « Grande Simplification ».

Lutte entre agents pathogènes

Au-delà de toues ces considérations, cependant, il devient de plus en plus difficile de ne pas voir dans cet incroyable assaut contre les sociétés humaines du monde entier comme un moyen pour « Mère Nature » / « Gaïa » / le « système terrestre » , ou comme on voudra bien l’appeler, de combattre son propre pire agent pathogène, à savoir Homo Sapiens. En effet, l’être humain, « conquérant de la nature », se trouve également être la pire source de dégradation du système terrestre, et la dégradation qu’il provoque sans relâche atteint désormais des niveaux critiques à de nombreux égards, et perturbe dangereusement l’équilibre d’ensemble du système.

Nous comprenons maintenant de plus en plus clairement que le système terrestre est un système vivant, et en tant que tel il est inévitable qu’il réagisse tôt ou tard afin de rétablir son équilibre, d’une façon ou d’une autre.

D’une manière générale, il existe deux mécanismes principaux par lesquels un équilibre est maintenu entre la multitude des êtres vivants qui font partie du système terrestre. Le premier est le mécanisme de la « prédation », par lequel les êtres vivants se mangent les uns les autres, les plus gros dévorant généralement les plus petits. Le second mécanisme est celui de « l’infection » , par lequel les êtres vivants s’empoisonnent les uns les autres, les plus petits étant en général les plus dangereux. Les espèces « Homo » formaient initialement partie intégrante de ce système de la vie sur Terre, et leur nombre ainsi que leurs impacts sur leur environnement étaient régulés à la fois par le mécanisme de la prédation et par celui de l’infection. Cependant, grâce à leur maîtrise du feu puis de l’énergie, les humains ont réussi à s’imposer comme les prédateurs ultimes du règne animal, et donc à se libérer de la menace de prédation par d’autres espèces. Par conséquent, il était prévisible que la défense du système terrestre contre son pathogène Homo Sapiens, lorsqu’elle surviendrait, prendrait la forme d’une infection.

Quoi qu’il arrive désormais concernant la pandémie de COVID-19, et même si nous parvenons à contrôler les dégâts cette fois-ci, cet épisode sans précédent devrait au fond probablement être perçu comme un avertissement à l’humanité, un avertissement que la réaction de Mère Nature contre son agresseur est enclenchée. Cette réaction ne s’arrêtera pas là, car le système terrestre doit se défendre contre ses agents pathogènes tout comme nous devons nous défendre contre les nôtres. On remarquera, au passage, que la carte de la pandémie montre que les zones les plus touchées semblent être précisément celles dont les habitants sont les plus responsables de la dégradation du système terrestre : la Chine, l’Europe de l’Ouest et très bientôt l’Amérique du Nord -–comme si Mère Nature avait décidé de concentrer sa réponse immunitaire contre les principaux coupables de ses tourments…

La « revanche de Gaïa », en fait, est et a toujours été inévitable. D’une manière ou d’une autre, le système terrestre rétablira son équilibre, et il le fera soit en « neutralisant » Homo Sapiens, soit en l’éliminant. C’est peut-être là la leçon la plus importante de l’épreuve que nous devons maintenant affronter. En fin de compte, c’est à cela que nous devons véritablement nous préparer, et à quoi nous devrons nous adapter si, en tant qu’espèce, nous voulons avoir une chance de survie.

En attendant, tout dans notre monde est désormais bouleversé. Ce qu’il nous restait de « certitude » est décédé, victime d’une insuffisance respiratoire terminale. Tout ou presque semble désormais possible, et plus rien n’est véritablement prévisible – si ce n’est que les prochains mois seront mouvementés et que le monde nous paraîtra probablement très, très différent dans un an.

En attendant, également, des millions de personnes sont désormais confinées chez elles à travers le monde, espérant échapper à un ennemi invisible mais implacable dont elles savent et sentent qu’il se rapproche de jour en jour. Des millions d’autres seront dans la même situation dans quelques jours ou semaines. Bonne chance à eux tous, bonne chance à nous tous, et espérons que nous serons capables et désireux de comprendre le véritable sens de tout ceci une fois que le pire de la crise sanitaire sera passé.

 

Illustration: Cas de coronavirus COVID-19 dans le monde, Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de l’Université Johns Hopkins (JHU),
https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

2 thoughts on “COVID-19 – Réflexions sur le sens d’une pandémie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.